Le travail des indigènes americains après la conquête

Pour les premiers habitants du Nouveau Monde (les «Indiens»), l’irruption des Européens a des conséquences dramatiques sur le plan démographique.

Les guerres et le travail forcé, mais plus encore les maladies comme la rougeole et la variole exterminent en quelques années les neuf dixièmes de la population. Celle-ci a été estimée à 80 millions d’âmes en 1492 et moins de 10 millions au milieu du XVIe siècle.

L’exploitation de l’Amérique par les Espagnols débute véritablement dix ans après le débarquement de Christophe Colomb sur l’île d’Hispaniola. Elle est mise en œuvre par Nicolas de Ovando, commandeur de l’ordre militaire d’Alcántara, nommé gouverneur de l’île en 1502 par les Rois catholiques.

Ovando arrive à Hispaniola à la tête de 2500 hommes. Ces conquérants ou conquistadores sont des aventuriers et nobles espagnols désargentés, généralement avides de gloire et de richesses. Pour établir son pouvoir sur l’île et récompenser ses hommes, il octroie à ceux-ci de vastes terres, avec autorité sur les Indiens qui les peuplent.

La pratique de l’encomienda, qui s’est instituée au XVIe siècle dans l’Amérique espagnole, s’inspirait de celle que suivit au Moyen Age l’Espagne à l’égard des musulmans vaincus. L’encomienda rappelle aussi une institution plus ancienne, en vertu de laquelle des paysans libres et de petits propriétaires se « confiaient » à des seigneurs puissants, leur fournissant des produits de la terre, des redevances, ou  des services personnels en échange de leur protection.

Dans les colonies espagnoles d’Amérique, la Couronne, à travers ses représentants, « confiait » (encomendar) un certain nombre d’Indiens à un colon espagnol (encomendero) en récompense de ses services : l’encomendero percevait, en or, en nature, ou en travail le tribut dû à la Couronne par les Indiens, qu’il devait en contrepartie protéger, convertir au christianisme et « civiliser ». Les encomenderos purent ainsi se procurer de la main-d’œuvre pour exploiter leurs mines et leurs terres. A l’encontre des intentions royales, les Indiens, malgré tout considérées comme libres, furent dépossédés de leurs terres et pratiquement réduits en esclavage.

Les encomienderos et leurs contremaîtres ont vite fait de contourner les lois et règlements. Ils oppriment leurs Indiens, et les traquent sans merci lorsqu’ils s’enfuient de leurs villages. Le système d’encomienda va s’étendre à l’ensemble du continent sud-américain au fur et à mesure de la progression des conquistadores.

En réaction contre les excès de la colonisation s’élèvent les voix des Dominicains. Le premier à protester est Antonio Montesinos, en 1511. Il n’hésite pas à refuser les sacrements aux encomienderos indignes et à les menacer d’excommunication. Il est rappelé en Espagne mais obtient de la Couronne la promulgation des lois de Burgos en 1512, qui imposent de meilleures conditions de travail pour les Indiens.

Ces lois ne sont pas mieux respectées que les précédentes. Alors s’élève à son tour la voix de frère Bartolomeo de Las Casas, qui participa à la colonisation avant de se dévouer à la protection des Indiens. Il est l’inventeur des droits de l’Homme. Il obtient la promulgation en 1542 de lois nouvelles, les Leyes nuevas, qui exigent des vice-rois du Pérou et des tribunaux de Lima et de Guatemala de sévir contre les abus des encomienderos et de ne plus attribuer de nouvelles encomiendas. Il s’ensuit une révolte des encomienderos et même la mort du premier vice-roi du Pérou…

Le système va peu à peu décliner et disparaître au XVIIIe siècle, non sans avoir au passage ruiné les structures sociales traditionnelles des Indiens.

Publicités